csm iStock 000080581467 Small 5e7aea0df8Ils veulent changer le monde sans changer de boîte. De plus en plus de salariés se lancent dans l’intrapreneuriat social. Il s'agit de créer une autre activité à but social ou environnemental au sein même de son entreprise. En France, le mouvement connait un succès croissant. C'est un pari gagnant-gagnant, pour les salariés et pour l’entreprise. C’est en tous cas ce que soutiennent ces intrapreneurs que nous avons rencontrés.

L’intrapreneuriat social ? "Je me suis tout de suite dit que c’était pour moi", confie Marion Georges, salariée chez Cegid, une entreprise spécialisée dans les logiciels professionnels. Depuis peu, elle cumule son poste d’ergonome avec celui d’intrapreneuse sociale au sein de la structure de 2 200 salariés. 

Il y a un an, quand son directeur général lance un appel à candidatures pour participer à Corporate for change, un programme de formation à l’intrapreneuriat social, elle n’hésite pas une seconde. "Je n’avais pas de projet en tête mais une forte envie d’agir et l’impression d’être capable de pouvoir proposer quelque chose, raconte-t-elle. Avec mon métier, le but est de faciliter la vie des gens, je me suis dit que je pouvais le faire d’une autre manière et ainsi donner encore plus de sens à ce que je fais." 

Retrouvez l'intégralité de l'article sur novethic.fr