Avec les régulations RSE qui se renforcent (lois Grenelle, loi Sapin II par exemple) avec la généralisation des normes liées à la RSE comme l’ISO 26000, la RSE prend de plus en plus d’importance dans la vie quotidienne des entreprises. De plus en plus intégrée au marketing et à la communication des entreprises, voire à leur stratégie produit, la RSE s’impose, doucement.

Selon une étude menée par EcoVadis en partenariat avec Affectio Mutandi, la RSE est même en train d’envahir progressivement le secteur des achats et la supply chain des entreprises. Explications.

Retrouvez plus d'infos sur E-RSE.net

Définir sa mission d’entreprise ? Mais pourquoi faire ? Qu’est-ce que cela peut bien rapporter à une entreprise ? Au delà de la bonne volonté, il y a beaucoup à gagner à préciser la mission de son entreprise. 

Avec le rapport Notat-Sénard, remis au gouvernement début 2018, la question de la « mission de l’entreprise » est désormais au coeur des débats. La question de savoir quel est le rôle de l’entreprise dans la société, quel est son objectif en terme d’intérêt général au-delà de la simple création de richesse, devient une question fondamentale.

Certaines entreprises ont même décidé d’inscrire dans leur statut une véritable mission officielle, faisant d’elles des « entreprises à mission ». Mais comment ce débat peut-il enrichir les entreprises dans leur ensemble ? Pourquoi une entreprise aurait-elle intérêt à définir plus précisément sa mission d’entreprise et à la renforcer ?  Retrouvez sur e-rse.net, 5 raisons de se pencher sur la question de la mission de votre entreprise, dans le cadre d’une stratégie RSE ou tout simplement pour définir la stratégie de votre boîte.

Notre communauté Social Business SoBizHub et le World Forum For a Responsible Economy se sont d'ailleurs interressés au sujet de "l'entreprise à mission" en co-organisant mercredi 30 mai dernier une conférence sur la thématique "L'entreprise à mission: l'innovation sociale, un levier pour se lancer". Voici un retour sur l'événement

 

Parce que la RSE ça ne veut pas forcément dire gros budget, voici 5 conseils RSE de base à mettre en place quand on veut s’y mettre, mais pas y mettre le prix.

Pour beaucoup d’entreprises, l’un des premiers freins à la mise en place d’une stratégie RSE, c’est le coût. Comme on a parfois du mal à voir le bénéfice immédiat, beaucoup de gestionnaires sont réticents à l’idée de mettre de l’argent dans un programme RSE dont ils ne sont pas sûrs des retombées.

Mais certains gestes RSE simples peuvent être gratuits, ou presque. 

Retrouvez ces 5 gestes sur e-rse.net

 

Nous vous avions présenté le projet de 2 étudiantes de l'IESEG "Green is the New Black" qui a pour objectif de promouvoir une mode éthique et durable. Depuis janvier, Léa et Mathilde, sont parties à la rencontre d'acteurs dans 6 pays d’Asie du Sud Est (Inde, Thaïlande, Cambodge, Malaisie, Philippines, Chine) qui ont choisi un modèle économique plus respectueux de l’environnement et de la société.

Après une première étape en Thaïlande et une deuxième en Inde, Léa et Mathilde ont effectué une troisième étape d'un mois au Cambodge.

Dans ce pays, elles ont pu recensé le plus d’entrepreneurs jusqu'à présent. Les 2 étudiantes ont également eu l’opportunité de visiter plusieurs usines et de rencontrer les équipes RSE de deux grandes marques : H&M et Décathlon. 

Léa et Mathilde retracent leur périple au Cambodge dans cette news letter  

 

 

Plus d'infos sur le projet : 

 

 

Vous en avez déjà entendu parler ou y êtes peut-être déjà sensibilisé, la mobilité durable est devenue, ces dernières années, un véritable enjeu de société. La preuve : 78 % des dirigeants d’entreprise et 80 % des salariés la considèrent comme une problématique majeure (selon le baromètre de la mobilité durable d’Opinion Way). Pourtant, les actions concrètes en la matière se font rares : seuls 6 % des chefs d’entreprise français ont mis à disposition des salariés un parc de vélos en libre-service, par exemple.

Or, il existe de nombreuses solutions pour encourager la mobilité durable au travail. 

Découvrez-en quelques unes sur https://rse-pro.com

 

 

Vous pourrez également retrouver prochainement le retour sur notre atelier d'échange de Bonnes Pratiques Déclic Mobilités " Quels avantages à proposer à ses collaborateurs pour les inciter à venir travailler autrement ?" sur le site Déclic Mobilités

Et si devenir une entreprise plus durable, plus green, rapportait de l’argent ? C’est en tout cas ce qu’indique une étude récente publiée par Barclays.

Le développement durable, pour les entreprises semble encore un concept relativement flou. Elles en parlent, elles y réfléchissent, mais difficile pour beaucoup d’entre elles de s’y mettre concrètement et d’en faire une vraie stratégie corporate. Beaucoup se demandent quel peut-être leur intérêt à devenir une entreprise plus green, d’autres se demandent pourquoi faire de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises), et la plupart se demandent, au moins une fois, quel est leur intérêt stratégique à faire le virage vers l’entreprise responsable et durable.

Eh bien, une nouvelle étude publiée par Barclays apporte un nouvel élément de réponse : cela rapporte de l’argent.

Plus d'infos sur e-rse.net

Nous vous avions mi-fevrier présenté le projet de 2 étudiantes de l'IESEG "Green is the New Black" qui a pour objectif de promouvoir une mode éthique et durable. Depuis janvier, Léa et Mathilde, sont parties à la rencontre d'acteurs dans 6 pays d’Asie du Sud Est (Inde, Thaïlande, Cambodge, Malaisie, Philippines, Chine) qui ont choisi un modèle économique plus respectueux de l’environnement et de la société.

Après une première étape en Thaïlande que vous pouvez retrouver ici, Léa et Mathilde ont passé plus de 3 semaines en Inde. Elles ont pu découvrir des initiatives et des projets très intéressants dans 3 villes indiennes en particulier : Bangalore, New Delhi et Jaipur. 

 

Léa et Mathilde en Inde retracent leur périple en Inde dans cette news letter  

 

Plus d'infos sur le projet : 

 

 

L'association Orée a publié un nouveau guide pratique visant à accompagner les entreprises dans la publication de leurs informations extra-financières environnementales. Le lancement de ce guide, soutenu par le ministère de la Transition écologique, intervient suite au nouveau décret relatif à l'obligation de reporting sociétal des entreprises (RSE) transposant, en août dernier, les dispositions de la directive européenne de 2014.

Plus d'infos sur actu-environnement.com

"Qui sont les professionnels de la RSE ? Quel est leur profil ? Quelles sont leurs attentes sur leur métier et à quoi ressemble leur travail dans un contexte de plus en plus changeant ? 

Face aux enjeux environnementaux, aux nouvelles attentes des consommateurs, à la refonte progressive de nos perceptions de l’entrepreneuriat, les entreprises sont en pleine phase de mutation. De plus en plus, les notions de responsabilité et de durabilité s’intègrent dans la gestion entrepreneuriale et le secteur privé s’empare de ces concepts. Un univers professionnel nouveau est donc en train d’émerger et de murir ces dernières années autour de ces nouvelles pratiques : ce sont les professionnels de la RSE.

Selon l’étude Birdeo (4ème édition), en partenariat avec e-RSE.net et le C3D, sur les professionnels de la RSE et du Développement Durable, leprofil des professionnels de la RSE est en majorité composé de femmes, âgées de moins de 40 ans en moyenne, avec un haut niveau de diplôme (bac +5 ou plus).

La majorité vit aussi en Île-de-France, en cohérence avec la localisation des sièges sociaux des entreprises et organisations pour qui la RSE est une obligation réglementaire.

Leur métier est plus flexible que la moyenne : il existe plus de temps partiels et plus de CDD. Mais ces professionnels ont aussi un rôle fondamental dans leurs organisations respectives et des responsabilités qui sont transverses dans leur organisation. Ils ont donc un rôle global à jouer."

Plus d'infos sur : e-rse.net