Et si devenir une entreprise plus durable, plus green, rapportait de l’argent ? C’est en tout cas ce qu’indique une étude récente publiée par Barclays.

Le développement durable, pour les entreprises semble encore un concept relativement flou. Elles en parlent, elles y réfléchissent, mais difficile pour beaucoup d’entre elles de s’y mettre concrètement et d’en faire une vraie stratégie corporate. Beaucoup se demandent quel peut-être leur intérêt à devenir une entreprise plus green, d’autres se demandent pourquoi faire de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises), et la plupart se demandent, au moins une fois, quel est leur intérêt stratégique à faire le virage vers l’entreprise responsable et durable.

Eh bien, une nouvelle étude publiée par Barclays apporte un nouvel élément de réponse : cela rapporte de l’argent.

Plus d'infos sur e-rse.net

Nous vous avions mi-fevrier présenté le projet de 2 étudiantes de l'IESEG "Green is the New Black" qui a pour objectif de promouvoir une mode éthique et durable. Depuis janvier, Léa et Mathilde, sont parties à la rencontre d'acteurs dans 6 pays d’Asie du Sud Est (Inde, Thaïlande, Cambodge, Malaisie, Philippines, Chine) qui ont choisi un modèle économique plus respectueux de l’environnement et de la société.

Après une première étape en Thaïlande que vous pouvez retrouver ici, Léa et Mathilde ont passé plus de 3 semaines en Inde. Elles ont pu découvrir des initiatives et des projets très intéressants dans 3 villes indiennes en particulier : Bangalore, New Delhi et Jaipur. 

 

Léa et Mathilde en Inde retracent leur périple en Inde dans cette news letter  

 

Plus d'infos sur le projet : 

 

 

L'association Orée a publié un nouveau guide pratique visant à accompagner les entreprises dans la publication de leurs informations extra-financières environnementales. Le lancement de ce guide, soutenu par le ministère de la Transition écologique, intervient suite au nouveau décret relatif à l'obligation de reporting sociétal des entreprises (RSE) transposant, en août dernier, les dispositions de la directive européenne de 2014.

Plus d'infos sur actu-environnement.com

"Qui sont les professionnels de la RSE ? Quel est leur profil ? Quelles sont leurs attentes sur leur métier et à quoi ressemble leur travail dans un contexte de plus en plus changeant ? 

Face aux enjeux environnementaux, aux nouvelles attentes des consommateurs, à la refonte progressive de nos perceptions de l’entrepreneuriat, les entreprises sont en pleine phase de mutation. De plus en plus, les notions de responsabilité et de durabilité s’intègrent dans la gestion entrepreneuriale et le secteur privé s’empare de ces concepts. Un univers professionnel nouveau est donc en train d’émerger et de murir ces dernières années autour de ces nouvelles pratiques : ce sont les professionnels de la RSE.

Selon l’étude Birdeo (4ème édition), en partenariat avec e-RSE.net et le C3D, sur les professionnels de la RSE et du Développement Durable, leprofil des professionnels de la RSE est en majorité composé de femmes, âgées de moins de 40 ans en moyenne, avec un haut niveau de diplôme (bac +5 ou plus).

La majorité vit aussi en Île-de-France, en cohérence avec la localisation des sièges sociaux des entreprises et organisations pour qui la RSE est une obligation réglementaire.

Leur métier est plus flexible que la moyenne : il existe plus de temps partiels et plus de CDD. Mais ces professionnels ont aussi un rôle fondamental dans leurs organisations respectives et des responsabilités qui sont transverses dans leur organisation. Ils ont donc un rôle global à jouer."

Plus d'infos sur : e-rse.net

 

Lorsque l’on travaille dans la RSE, on doit souvent faire son business case, expliquer pourquoi la RSE est importante, pourquoi elle rapporte, pourquoi il faut y faire attention. Bien souvent, cette éducation est la principale difficulté à laquelle font face les managers de la RSE. Pourtant, de plus en plus d’études montrent à quel point la RSE devient fondamentale pour les entreprises et en particulier pour les plus grandes. Une nouvelle étude vient confirmer cette tendance. Elle montre que les Français sont de plus en plus attentifs à la responsabilité des marques, à leurs stratégies de RSE. L’étude menée par le cabinet Denjean & Associés et GoudLink a interrogé un panel représentatif de 1000 français sur leurs perceptions de la RSE des entreprises. Et le constat est plutôt limpide. Globalement, les consommateurs Français intègrent de plus en plus la RSE des entreprises dans leur perception de ces marques. 90% des consommateurs déclarent apprécier davantage les entreprises qui ont une politique RSE de qualité. 

Plus d'infos : https://e-rse.net/francais-rse-entreprise-importance-269550/#gs.JjL1VW0 

Deux étudiantes de l’IÉSEG ont lancé un nouveau projet « Green is the New Black » qui a pour objectif de promouvoir une mode éthique et durable.

Pour ce faire, Mathilde Manya et Léa Dhélin sont parties depuis janvier 2018 et ce durant leurs 6 mois de césure à la rencontre d’acteurs de la mode durable afin de recenser les meilleures initiatives et de comprendre ce qui fait leur force aujourd’hui.

Elles envisagent de rencontrer 20 entrepreneurs dans 6 pays d’Asie du Sud Est (Inde, Thaïlande, Cambodge, Malaisie, Philippines, Chine) qui participent à l’essor de la “Slow Fashion”: acheter moins mais mieux. 

En tant que partenaire du projet, nous avons la chance de pouvoir recevoir des nouvelles de leur périple : 

 

Première étape de leur voyage : La Thaïlande.

En plus de découvrir le pays (Bangkok, Chiang Mai, Mae Hong Son), elles sont parties à la rencontre d'acteurs qui ont choisi un modèle économique plus respectueux de l’environnement et de la société (par exemple par les méthodes de production, les matériaux utilisés, les conditions de travail…). 

Découvrez les premiers retours du projet "Green is the new black" dans cette news letter  

Plus d'infos sur le projet : 

 

 

 

On parle de plus en plus de RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises), mais pourquoi les entreprises auraient-elles intérêt à mettre en place une démarche RSE ? Qu’est-ce que cela peut leur apporter ?

La RSE est généralement considérée comme un facteur de gains de productivités et de performance financière pour les entreprises. Elle permet également de réduire les coûts pour les entreprises.

Nous n'estimons pas les avantages d'une démarche RSE. 

Découvrez en détail les 5 bénéfices de la mise en place d'une démarche RSE sur e-rse.net

Dans le cadre du lancement de l’initiative French Impact, le Haut-Commissariat à l’Economie Sociale et Solidaire et à l’Innovation Sociale a lancé le 18 janvier 2018, avec la Caisse des Dépôts, l’appel à projets « Pionniers French Impact », les pionniers de l’Accélérateur National d’Innovation Sociale (AIS). Transition écologique, réussite éducative, économie inclusive, cohésion des territoires, autonomie… cet appel à projet est axé sur les grands défis de notre société.

L’Accélérateur national d’innovation sociale

Il a pour objectif de repérer et soutenir le développement de projets innovants, et de permettre que des innovations locales puissent devenir des solutions duplicables au niveau national.

Il s’agit de créer un effet de levier pour accompagner des projets d’innovation sociale, capitaliser sur un écosystème d’accompagnateurs des territoires et promouvoir la mesure de l’impact social.

L’appel à projet « Pionniers French Impact » s’inscrit dans ce cadre.

Les dossiers de candidatures devront être déposés sous format dématérialisé au plus tard le 26 février 2018 à 12h.

   Plus d'infos sur ecologique-solidaire.gouv.fr

 

Profitons de cette nouvelle année pour prendre de bonnes résolutions côté RSE ! 

Découvrez 10 conseils (ou bonnes résolutions) mis en valeur par E-RSE que vous pouvez prendre pour améliorer le dynamisme de vos équipes, la productivité de votre entreprise, tout en étant plus responsable et engagé.

Plus d'infos sur e-rse.net