Découvrez le témoignage réalisé lors du World Forum 2017 de Pauline DEHECQ, fondatrice de Mademoiselle Biloba qui propose différents ateliers de fabrication de produits naturels et bio (cosmétiques, produits de bien-être, produits pour la maison, aromathérapie...)

 

Créée en 1955, l’entreprise douaisienne Indelec est aujourd’hui le leader français du développement, de la fabrication et de l’installation de paratonnerres. Elle inaugure LiRi, un laboratoire adossé à son siège du Raquet qui lui permet de produire des éclairs et de tester ses produits.

Plus d'infos sur voixdunord.fr

Le groupe lillois Cleaning Bio (CA : 5 M€, 250 salariés), spécialisé dans le nettoyage de locaux professionnels, vient de prendre une participation minoritaire au sein de la jeune société Manssio, qui ubérise le nettoyage. Une opération qui permet à ce groupe, dirigé par Yann Orpin, d'accompagner un jeune entrepreneur tout en accélérant sa propre digitalisation.

"Nous ne voulons pas reproduire l'erreur de Kodak : voir arriver le numérique et se dire que ce n'est pas pour nous", commente Yann Orpin. Si le groupe va mettre ses compétences au service du développement de Manssio, cette opération lui permet aussi de gagner du temps et un savoir-faire pour sa propre digitalisation. "Prendre des parts dans une start-up du digital, cela permet également d'acculturer nos collaborateurs", souligne Yann Orpin.

Plus d'infos sur lejournaldesentreprises.com

 

 

France Médiation, réseau national des structures de Médiation sociale, a développé un guide Médiateur à l'école. Cette démarche innovante se veut un véritable outil au service des équipes éducatives des établissements scolaires qui souhaitent mettre en place une démarche de Médiateur à l'école. 

Le 1er février 2018, France Médiation a lancé, en partenariat avec Citéo, la remise officielle de ce guide en présence des représentants de l'Etat. Cet événement a eu lieu au Collège Van der Meersch de Roubaix. Un focus important a été fait aux témoignages des bénéficiaires : équipes éducatives, élèves, parents....Ainsi, toutes et tous ont pu se rendre compte des apports indiscutables de la médiation à l'école : apaisement du climat scolaire,  développement de la confiance en soi chez les enfants/adolescents, ouverture aux autres et développement de la bienveillance, etc. 

Une journée forte en émotions avec plus de 60 participants !

L’afterwork « REINVENTEZ VOTRE MODELE ECONOMIQUE » a réuni près d’une trentaine de personnes à la Cité des Echanges le jeudi 22 février 2018.

Qu’est-ce qu’un modèle économique ? Pourquoi le modèle économique « classique » s’essouffle-t-il ? Quels sont les leviers pour les entreprises ? Comment penser son entreprise différemment pour mieux se projeter dans l’avenir ?

C’est à travers l’intervention de Anna Balez, Dirigeante de l’entreprise TALE ME, que les participants ont pu remettre en question leur modèle économique. Jeune entreprise bruxelloise, TALE ME a été créée il y 4 ans sur les principes de l’économie de la fonctionnalité : la valeur, pas les volumes !

En 2 mots, TALE ME est le premier dressing de vêtements de créateurs à louer pour les jeunes enfants et futures mamans. Via un système d’abonnement, Anna Balez rend accessible à tous l’usage de vêtements de haute qualité réalisés par des créateurs , respectueux de l’environnement et de la santé, et privilégie ainsi l’usage à la possession. Remise en état des pièces, production en petites séries, optimisation des usages, et une très forte volonté de rendre le monde de l’habillement plus vertueux !

" Ce modèle me permet d'avoir une relation à long terme privilégiée avecmes clients " "Ce qui est formidable avec l’économie de la fonctionnalité, c’est que l’on sait où est le produit et son état. Il ne disparaît pas dans la nature. » Anna Balez, Tale Me. 

Et vous ? Rejoignez le prochain parcours d’accompagnement le 9 avril prochain !

 

Lorsque l’on travaille dans la RSE, on doit souvent faire son business case, expliquer pourquoi la RSE est importante, pourquoi elle rapporte, pourquoi il faut y faire attention. Bien souvent, cette éducation est la principale difficulté à laquelle font face les managers de la RSE. Pourtant, de plus en plus d’études montrent à quel point la RSE devient fondamentale pour les entreprises et en particulier pour les plus grandes. Une nouvelle étude vient confirmer cette tendance. Elle montre que les Français sont de plus en plus attentifs à la responsabilité des marques, à leurs stratégies de RSE. L’étude menée par le cabinet Denjean & Associés et GoudLink a interrogé un panel représentatif de 1000 français sur leurs perceptions de la RSE des entreprises. Et le constat est plutôt limpide. Globalement, les consommateurs Français intègrent de plus en plus la RSE des entreprises dans leur perception de ces marques. 90% des consommateurs déclarent apprécier davantage les entreprises qui ont une politique RSE de qualité. 

Plus d'infos : https://e-rse.net/francais-rse-entreprise-importance-269550/#gs.JjL1VW0 

 

Le cabinet de géomètres-experts Bléard-Lecocq, qui suit actuellement le parcours économie de la fonctionnalité et de la coopération CJD/Réseau Alliances lance en février une plateforme où est répertorié le foncier à bâtir dans le Boulonnais.

L’objectif ? Faire mieux avec moins, en répondant réellement aux besoins de chacun ! »

Plus d'infos >>  lasemainedansleboulonnais.fr

 

Deux étudiantes de l’IÉSEG ont lancé un nouveau projet « Green is the New Black » qui a pour objectif de promouvoir une mode éthique et durable.

Pour ce faire, Mathilde Manya et Léa Dhélin sont parties depuis janvier 2018 et ce durant leurs 6 mois de césure à la rencontre d’acteurs de la mode durable afin de recenser les meilleures initiatives et de comprendre ce qui fait leur force aujourd’hui.

Elles envisagent de rencontrer 20 entrepreneurs dans 6 pays d’Asie du Sud Est (Inde, Thaïlande, Cambodge, Malaisie, Philippines, Chine) qui participent à l’essor de la “Slow Fashion”: acheter moins mais mieux. 

En tant que partenaire du projet, nous avons la chance de pouvoir recevoir des nouvelles de leur périple : 

 

Première étape de leur voyage : La Thaïlande.

En plus de découvrir le pays (Bangkok, Chiang Mai, Mae Hong Son), elles sont parties à la rencontre d'acteurs qui ont choisi un modèle économique plus respectueux de l’environnement et de la société (par exemple par les méthodes de production, les matériaux utilisés, les conditions de travail…). 

Découvrez les premiers retours du projet "Green is the new black" dans cette news letter  

Plus d'infos sur le projet : 

 

 

Devenu fonds de dotation en 2016, Entreprises et Cités soutiendra à partir de cette année des projets à but non lucratif. Ce sont deux millions d’euros qui seront ainsi distribués en 2018.

Entreprises et Cités ayant été reconnu comme éligible à l’appel public à la générosité, le fonds de dotation pourra également collecter des dons auprès des personnes physiques et des personnes morales. Pour la première année, ce sont 2 millions d’€ qui ont été réunis et qui seront distribués. «  Avec ce montant, nous nous plaçons dans le top 3 des fondations de la région. »

Entreprises et Cités veut accompagner une dizaine de projets par an. Quatre ont déjà été identifiés. «  Nous préférons nous concentrer sur peu de projets et leur accorder une dotation relativement importante.  »

Quatre projets pour commencer

Pour l’instant, 700 000 € ont été alloués à quatre projets. Ils doivent répondre à certains critères préalables : projets à but non lucratif, dans les Hauts-de-France, en lien avec les axes stratégiques d’Entreprises et Cités...

Le projet d’Entreprendre pour apprendre (EPA) fait partie des quatre premiers à avoir été sélectionnés. L’association qui veut insuffler l’esprit d’entreprendre aux collégiens et aux lycéens, accueillera à Lille le championnat européen des mini-entreprises en 2019 (120 000  €). Entreprises et Cités apportera également sa contribution au LUC (80 000  €). Le club sportif lillois, qui compte plus de 10 000 licenciés, veut en effet développer ses relations avec les entreprises.

L’Institut Pasteur de Lille bénéficiera également du soutien d’Entreprises et Cités (200 000  €), notamment pour ses activités de recherche sur la maladie d’Alzheimer.

L’Université catholique de Lille sera accompagnée à hauteur de 300 000 € dans le cadre de son projet de « Hangar créatif », futur lieu emblématique de la Design school et de l’incubateur de la Catho.

Plus d'infos sur lavoixdunord.fr